Chat sauvage en chute libre

chat-sauvage

 

Cesse de courir. Pourquoi es-tu si pressé ? Tu n’as nulle part où aller de toute façon. Contente toi de marcher. Pas vers un lieu précis, n’importe où

  Ta vie semble tracée, jouée d’avance. Tel le boomerang tu ne peux revenir que là d’où tu viens. « L’espoir est l’illusion des tocards », le privilège des blancs dans cette Australie raciste des années 60. Tu es né métis, ni blanc, ni noongar, rien ; voyageur solitaire d’un train sans destination. « On m’avait placé un ticket dans la main le jour de ma naissance avec une destination précise, mais que, eh bien, le temps avait passé, l’encre s’était effacée, et aucun contrôleur ne s’était encore présenté pour éclaircir l’affaire ». Jugé avant de naître, condamné à sa naissance, être jeune aborigène ou métis c’est voir les portes de l’avenir se refermer à chacun de ses pas, c’est se rapprocher de l’isolement, de la prison.

 Un peu plus froid, un peu plus mature, je me suis senti appartenir plus intimement à la prison, à son atmosphère, à ce nuage grisâtre qui l’enveloppe 

   Absurdité de la vie, rejet de la terre matricielle, oubli des origines, le narrateur se cherchemudrooroo-1 dans l’inéluctabilité de ses actes, tel un Meursault aborigène sans cesse révolté. « Je sens cette vieille haine remonter en moi, comme un feu attisé par le vent ». Mudrooroo nous plonge dans ce monde au fatum insane, dans ces années soixante qui ne reconnaissaient pas la citoyenneté aux Aborigènes. Chat sauvage en chute libre n’offre guère d’optimisme, la fin ne peut être autrement.

C’était tout simplement la vie telle quelle m’apparaissait dont je ne voulais pas, et dont j’avais décidé qu’elle était futile et absurde.

 songlines Entre révolte et abnégation, entre passé rejeté et exclusion du présent, entre destruction d’une identité et oubli, l’auteur délivre un portrait noir et cinglant des adolescents métis ou aborigènes. Premier roman aborigène, Chat sauvage en chute libre interpelle, ne vous lâche pas. Les chapitres oscillent entre passé et présent, entre jazz et songlines, entre fatalité et résignation. Pas d’avenir, pas de présent, plus de passé, reste alors la contemplation et la finitude, la langueur et l’errance, à s’asseoir et attendre. « Je m’assieds sur le sol, un verre de vin à la main, la longue tristesse blanche d’une cigarette dans l’autre ».

Merci à Libfly et aux éditions Asphalte pour cette lecture dans le cadre de la Voie des Indés de décembre 2016.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s