La vague

la_vague_pocket_200p

 

Était-il donc vrai que la nature des hommes les poussait à chercher un meneur ? Quelqu’un pour prendre les décisions à leur place ? 

  Un être derrière qui se retrancher et dire on ne savait pas ! Pourtant ! Pourtant, « tout le monde a fait le salut en répétant les slogans. Et même si on ne le voulait pas, on le faisait malgré nous. Vous voyez, comme si on voulait vraiment que ça marche. Pour sentir toute cette énergie s ‘accumuler autour de nous ». « La Force par la Discipline, La Force par la Communauté », lela-vague totalitarisme, le nazisme non cela ne pourrait pas se passer chez nous ! Et pourtant ? « Jamais il n’avait souhaité pousser si loin son rôle de leader, mais ses élèves l’y avaient entraîné. Et en vérité, il n’avait rien fait pour résister. Il devait même le reconnaître que, avant que cela tourne mal, il avait apprécié ces moments fugaces de pouvoir ». Ce pouvoir de pression, de contrôle sur les êtres, un sentiment de puissance que l’on croyait éteint. Suite à la projection d’un film sur la Shoah, Ben Ross, brillant professeur d’histoire se retrouve sans réponse face à la question d’une lycéenne « Comment les Allemands ont-ils pu laisser les nazis assassiner des gens presque sous leurs yeux pour ensuite affirmer qu’ils n’en savaient rien ? Comment ont-ils pu faire une chose pareille ? Comment ont-ils pu dire une chose pareille ». Pour leur faire comprendre, il va puiser aux sources de l’ignominie humaine, au panthéon du non-droit.

Je dois les pousser jusqu’à ce qu’ils comprennent. La leçon que je vais leur apprendre sera sûrement la plus importante de toute leur vie 

  Todd Strasser nous relate une expérience réelle qui visait à démontrer les mécanismes simples du totalitarisme. Entre jeu et horreur, l’expérience entraîne les élèves dans les pas des jeunesses hitlériennes ou phalanges mussoliniennes, propulsant des adolescents en véritable bombe raciste. la-vague-2« Tu as peur ? Tu as peur de la réaction des autres membres de la Vague si tu ne fais pas comme eux ? » De libres penseurs, Ben Ross les transforme lentement en moutons de Panurge, condamnés à suivre la masse. Un roman intelligent qui s’en s’approfondir montre le cheminement de la pensée unique et la libre pensée qui peu à peu s’étouffe dans les entrailles de la bête naissante.

  Oui une chose pareille peut se reproduire, l’homme ne se nourrit pas toujours de ses propres échecs. L’Histoire est un rocher de Sisyphe. Il y aura toujours des libres penseurs, des leaders et un troupeau à diriger, nonobstant cela « nous sommes tous responsables de nos propres actes et (…) nous devons toujours réfléchir sur ce que nous faisons, plutôt que de suivre un chef aveuglément ».

Publicités

4 commentaires sur « La vague »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s