Hadamar

hadamar

Hadamar ne peut rester un lieu non jugé

   Il porte encore le triangle rouge sur les stigmates de son corps rompu, souillure2004-triangle-rouge indélébile de cinq années de camps, de survivance. Il traîne son passé, son existence dans les plaies béantes d’un pays vaincu, déchiré, silencieux de connivences, lourd de mensonges. « Dans la nouvelle Allemagne (…) il faudra feindre de ne pas se connaître, de ne pas se haïr, de ne pas espérer la mort douloureuse de l’autre ». Oublier, reconstruire, chercher les vivants, les survivants. Il erre, « qui est-il désormais dans cette ville ? Un parmi d’autres, qui cherche des traces », des lambeaux de vie. Franz n’est plus qu’un fantôme poussé par un espoir ténu retrouver son fils Kasper, abandonné aux jeunesses hitlériennes quelques années plutôt. Au milieu des souvenirs, des disparus, la mémoire se cherche, les certitudes vacillent au gré des rencontres, les doutes tanguent au rythme du corps de cette femme qui s’offre à lui. Si les cambrures parlent, les langues se taisent, se terrent derrière un orgueil obséquieux.

 Il faut que les gens d’ici expient, il n’y a que par les corps qu’ils saisiront ce qu’ils ont fait. Courbée à lécher la poussière de cette cave pleine d’objets qui suinte la panique de planquée, la boulimie resquilleuse, elle se souviendrait, peut-être, de ceux qu’elle a laissés derrière elle, de ceux qu’elle a sans doute pillés 

 

  bus-grisSeul un nom résonne, nimbé de mystère létal, de non-dits oppressants, Hadamar. Lieu de convergence de ces ballastexistenzen, « ceux que l’on devait laisser de côté, exclure du train de la vie, de la force. Les incapables, les fragiles, les diminués. (…) Personne ne s’était donné la peine de le définir, mais on savait qu’il s’agissait des invisibles, les idiots, les fous, les gênants ». Terminus nauséabond de ces cortèges de bus gris, Franz possède encore un vague souvenir de ce lieu enfoui dans son passé, un vieil hôpital pour déficient. Inexorablement les pas de son fils le mènent vers ce lieu honni, « en entrant ici, on perdait son nom ». En poussant les portes de sa quête, Franz ouvrira les lèvres d’une cicatrice indélébile celée derrière un cataplasme captieux.

 Ils ont cru à l’hiver 42, qu’ils réussissaient à tout effacer de ce qui avait été organisé ici. En quelques coups de truelle 

  Oriane Jeancourt Galignani nous emmène dans les tourments de l’histoire allemande. En suivant son héros Franz, on replonge dans le monde de l’horreur, du nazisme et de l’eugénisme. « Deux lettres séparent Erlösung et Endlösung. La délivrance et la solution finale. Deux lettres qui disent la vision nazie d’une mort travestie sous l’étendard de la liberté ». Un roman qui navigue entre passé et présent sous l’égide de fantômes pour mieux apprivoiser les événements et l’ampleur des faits qui se sont déroulés sous la politique de l’aktion T4.

L’absence de l’incinérateur le rend fou, ces traces de la machine sur le sol, la lourdeur de la chose en fonte qu’on suppose mais qu’on ne voit pas, cette absence, certaines nuits, le contraint à se lever, descendre dans les rues, courir jusqu’à s’en couper le souffle

  Sans jamais tomber dans le voyeurisme ou le pathos, la recherche de ce père journaliste, condamné à porter le triangle rouge des prisonniers politiques, pour retrouver un fils qu’il ne connaît plus, nous plonge dans la passivité de masse face à la dictature et ses méfaits. « Personne à Hadamar n’ignore à quoi sont voués les centaines de patients qui débarquent chaque jour des bus à l’arrière de l’hôpital ». « Nous ne pouvions rien faire de toute façon pour empêcher tout ça d’avoir lieu ». hadamar« La fumée des morts » d’Hadamar fera plus de 10000 victimes, femmes, enfants mischlinge (à moitié juifs), aliénés… tous périront par le feu et le gaz au nom d’une pensée, d’une idéologie.

« Si l’on a tenté d’effacer leurs noms, les survivants leur donneront les leurs », « faire le récit d’un peuple qui s’est mutilé ».

Merci à Netgalley et aux éditions Grasset pour leur confiance.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s