Kwaïdan

kwaidan

 

 Je n’ai pas le droit de te juger. Reviens, je n’ai rien à te pardonner, mais tant à te donner 

 

  p41aTout sacrifier pour un amour, un reflet de soi. Mourir pour sa beauté, se condamner à errer et attendre au pays des Kamis. Impermanence de la vie, de l’inclination, la fin pour cacher souffrance, désarroi, amertume et solitude. Orin et Akane deux sœurs, deux cœurs qui battent en chœur d’une rancœur mortifère pour Nankô. Deux êtres illusoires, prisonniers de leur vie, naufragés d’une identité perdue.

Je ne vivais que par et pour ma beauté. Lorsqu’elle fut à jamais détruite, je perdis ma raison de vivre. La mort me donna l’illusion de pouvoir la faire revivre en renaissant par toi… 

  Renaître pour survivre, refleurir pour aimer son prince à nouveau, rallumer cette vénusté volée par sa sœur. « Une chenille voit le jour laide et repoussante, mais le moment venu, elle tisse sa chrysalide et s’y enferme inexorablement… Elle affronte cet instant sans crainte et lorsqu’elle réapparaît elle peut enfin s’envoler pour accomplir sa destinée ». Orin a choisi, disparaître, se cloîtrer au fond d’un lac en attendant son aimé. kwaidanNankô n’a pas voulu voir sa douce disparue, il s’ôtera la vue jetant un voile sombre sur son funeste fatum. Ils ont choisi les ténèbres, deux siècles d’espérance et d’errance à souffrir sans mourir. Attendre celle qui la libéra, qui saignera pour elle.

« Tu ne mérites pas ce destin qui est le mien. Et l’ironie du sort veut que je ne peux te libérer que si toi tu me libères auparavant ». Orin et Setsuko, deux femmes mutilées, deux êtres unis dans une même quête identitaire pour affronter Akane et la séparation.

Elle ne comprend pas, elle veut des réponses. Elle s’est isolée dans une forteresse de doutes

 

p43

 

   Jee-Yun nous offre un graphisme somptueux pour nous emmener au pays des kwaïdan et des kamis, ces esprits, ces choses étranges. Un quintet de héros à la recherche d’eux-mêmes, de leurs origines, perdu dans un monde vil, sans empathie. « Ne demeure pas dans l’amertume et la colère. Tant d’amour a déjà été piétiné ». Une œuvre poétique sombre et personnelle qui puise ses influences dans le cinéma, la littérature et les mangakas mais aussi dans la vie de l’auteur. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s