Humeur

 

 » Crazy Horse
Nous entendons ce que tu dis :
Une Terre, une Mère
On ne peut vendre la terre
Sur laquelle nous marchons
Nous sommes la Terre.
Comment pourrions-nous vendre notre mère ?
Comment pourrions-nous vendre les étoiles ?
Comment pourrions-nous vendre l’air ?
Crazy Horse
Nous entendons ce que tu dis
Trop de gens
Défendent leur sol
En se prétendant faussement en être les propriétaires
Avec leurs visages de prédateurs ils ne possèdent qu’une course sans fin,
Une guerre qui ne s’arrête pas
Les enfants de Dieu se nourrissent sur les enfants de la Terre
Les enfants d’aujourd’hui ne se soucient plus les uns des autres
Ces jours présents sont les plus durs
Champs matériels, récoltes matérialistes
Décorations sur des chaînes qui asservissent
Il n’y a plus d’esprit, plus de liens sensés, seulement des miroirs dorés
Crazy Horse
Nous entendons ce que tu dis
Une Terre, une Mère
On ne peut vendre la terre
Sur laquelle nous marchons
Nous sommes la Terre
Aujourd’hui, c’est pour nous l’instant présent…
La fumée de nos rêves touchera les nuages
Un jour, quand la mort ne voudra plus dire mourir.
Le Temps de ce monde réel nous trompe en faisant mentir les ombres
Malgré une perception incompatible entre les blancs et les rouges,
Les prédateurs tentent toujours de nous civiliser
Mais les tribus ne disparaîtront jamais
Elles ressurgiront génétiquement de l’autre côté de la Lumière
Comme un chant en chœur avec tous nos cœurs en offrande
Alors les jours sauvages, les jours de la gloire de vivre renaîtront.
Crazy Horse
Nous entendons ce que tu dis
Nous sommes la septième génération
Nous sommes la septième génération « 

Publicités

Humeur

Maybe I’m foolish, maybe I’m blind
Peut-être suis-je idiot, peut-être suis-je aveugle
Thinking I can see through this and see what’s behind
De penser que je peux voir à travers tout ça et voir ce qu’il y a derrière
Got no way to prove it so maybe I’m blind
Pas moyen de le prouver alors peut-être suis-je aveugle
But I’m only human after all, I’m only human after all
Mais je ne suis qu’un être humain après tout, je ne suis qu’un être humain après tout
Don’t put your blame on me
Ne me rejetez pas votre faute

Don’t put your blame on me
Ne me rejetez pas votre faute
Take a look in the mirror and what do you see
Jetez un œil dans le miroir et que voyez-vous
Do you see it clearer or are you deceived, in what you believe
Est-ce plus clair ou êtes-vous déçu, par ce que vous croyez
Cos’ I’m only human after all, you’re only human after all
Parce que je ne suis qu’un être humain après tout, tu n’es qu’un être humain après tout
Don’t put the blame on me
Ne me rejetez pas la faute
Don’t put your blame on me
Ne me rejetez pas votre faute
Some people got the real problems
Certainss ont de vrais problèmes
Some people out of luck
Certains n’ont pas de chance
Some people think I can solve them
Certains pensent que je peux les résoudre
Lord heaven’s above
Le Seigneur est au-dessus
I’m only human after all, I’m only human after all
Je ne suis qu’un être humain après tout, je ne suis qu’un être humain après tout
Don’t put the blame on me
Ne me rejetez pas la faute
Don’t put the blame on me
Ne me rejetez pas la faute
Don’t ask my opinion, don’t ask me to lie
Ne me demandez pas mon avis, ne me demandez pas de mentir
Then beg for forgiveness for making you cry, making you cry
Puis implorer pardon de vous faire pleurer, vous faire pleurer
Cos I’m only human after all, I’m only human after all
Parce que je ne suis qu’un être humain après tout, je ne suis qu’un être humain après tout
Don’t put your blame on me, don’t put the blame on me
Ne me rejetez pas votre faute, ne me rejetez pas la faute
Some people got the real problems
Certains ont de vrais problèmes
Some people out of luck
Certains n’ont pas de chance
Some people think I can solve them
Certains pensent que je peux les résoudre
Lord heaven’s above
Le Seigneur le ciel est au-dessus
I’m only human after all, I’m only human after all
Je ne suis qu’un être humain après tout, je ne suis qu’un être humain après tout
Don’t put the blame on me
Ne me rejetez pas la faute
Don’t put the blame on me
Ne me rejetez pas la faute
I’m only human I make mistakes
Je ne suis qu’un être humain, je fais des erreurs
I’m only human that’s all it takes to put the blame on me
Je ne suis qu’un être humain voilà tout ce qu’il faut pour me rejeter la faute
Don’t put your blame on me
Ne me rejetez pas votre faute
I’m no prophet or messiah
Je n’ai rien d’un prophète, ou d’un messie
Should go looking somewhere higher
Vous devriez chercher quelque part plus haut
I’m only human after all, I’m only human after all
Je ne suis qu’un être humain après tout, je ne suis qu’un être humain après tout
Don’t put your blame on me, don’t put the blame on me
Ne me rejetez pas votre faute, ne me rejetez pas la faute
I’m only human I do what I can
Je ne suis qu’un être humain je fais ce que je peux
I’m just a man, I do what I can
Je suis juste un homme, je fais ce que je peux
Don’t put the blame on me
Ne me rejetez pas la faute
Don’t put your blame on me
Ne me rejetez pas votre faute

 

Humeur

Ce rêve auquel tu crois,
Dis, qu’en restera t-il ?
Si tu ne bouges pas
Dis, qu’en restera t-il ?
Si tu traînes chez toi dans l’angoisse inutile
Si tu ne chantes pas
Dis, qu’en restera t-il ?
De tes éclats de rire
Dis, qu’en restera t-il ?
Et tes si bons délires
Dis, qu’en restera t-il ?
À toujours te complaire dans ce qui est futile
Tout ce que tu espères
Dis qu’en restera t-il ?
Allez danse
Danse ta vie danse
Allez danse
Danse avec moi
Danse ta vie danse

Allez danse
Danse ta vie danse
Allez danse
Danse avec moi
Danse ta vie danse

Allez danse

Et danse avec toi cette envie d’être libre
Dis, qu’en restera t-il ?
Tout ce pour quoi tu vibres
Dis qu’en restera t-il
Si tu dis j’abandonne comme font les imbéciles
La douceur  qu’on se donne
Dis qu’en restera t-il

Allez danse
Danse ta vie danse
Allez danse
Danse avec moi
Danse ta vie danse

Allez danse
Danse ta vie danse
Allez danse
Danse avec moi
Danse ta vie danse

Tous ces baisers brûlants
Dis, qu’en restera t-il ?
Et nos yeux t’adorant
Dis, qu’en restera t-il ?
Si nos journées pourries nous rendent bien le signe de nos si belles nuits
Dis, qu’en restera t-il ?

Allez danse
Danse ta vie danse
Allez danse
Danse avec moi
Danse ta vie danse

Allez danse
Danse ta vie danse
Allez danse
Danse avec moi
Danse ta vie danse

Si tu attends bêtement
Dis, qu’en restera t-il ?
A part perdre ton temps
Dis, qu’en restera t-il ?
Si tu ne comprends par que la vie se défile le jour où elle s’en va
Dis, qu’en restera t-il ?

Allez danse
Danse ta vie danse
Allez danse
Danse avec moi
Danse ta vie danse

Allez  danse
Danse ta vie danse
Allez danse
Danse avec moi
Danse ta vie danse

Humeur

 

When routine bites hard
And ambitions are low
And resentment rides high
But emotions won’t grow
And we’re changing our ways, taking different roads

Then love, love will tear us apart again
Love, love will tear us apart again

Why is the bedroom so cold?
You’ve turned away on your side
Is my timing that flawed?
Our respect runs so dry
Yet there’s still this appeal
That we’ve kept through our lives

But love, love will tear us apart again
Love, love will tear us apart again

You cry out in your sleep
All my failings exposed
And there’s a taste in my mouth
As desperation takes hold
Just that something so good just can’t function no more

But love, love will tear us apart again
Love, love will tear us apart again
Love, love will tear us apart again
Love, love will tear us apart again

Humeur


La ruelle des morts, Suppléments de mensonge

Avec nos bidons en fer blanc
On descendait chercher le lait
A la ferme au soleil couchant
Dans l’odeur des soirs de juillet
On avait l’âge des confitures,
Des billes et des îles au trésor
Et on allait cueillir les mûres
En bas, dans la ruelle des mortsOn nous disait que Barbe Rousse
Avait ici sa garnison
Et que dans ce coin de cambrousse
Il avait vaincu des dragons
On avait l’âge de nos fêlures
Et on était conquistadors
On déterrait casques et fémurs
En bas, dans la ruelle des morts
Dans la ruelle des morts

On arrosait toutes nos victoires
A grands coups de verres de kéfir
Ivres de joie et sans l’savoir
On reprenait Mers el-Kebir
Puis c’étaient nos chars en Dinky

Contre les tigres et doryphores
Qui libéraient la French County
En bas, dans la ruelle des mortsQue ne demeurent les printemps
A l’heure des sorties de l’école
Quand les filles nous jouent leurs seize ans

Pour une bouff’ de Royale Menthol
Je n’sais plus si c’était Françoise, Martine, Claudine ou Marie-Laure
Qui nous f’saient goûter leurs framboises
En bas, dans la ruelle des morts
dans la ruelle des morts
dans la ruelle des morts

Que ne demeurent les automnes
Quand sonne l’heure de nos folies
J’ai comme un bourdon qui résonne
Au clocher de ma nostalgie
Les enfants cueillent des immortelles,
Des chrysanthèmes, des boutons d’or
Les deuils se ramassent à la pelle
En bas, dans la ruelle des morts
Dans la ruelle des morts
Dans la ruelle des morts

Humeur

Le blues de l’instituteur, Enfant de la ville

Allez entrez les enfants et arrêtez de vous chamailler,
Avancez dans le calme je sais que vous en êtes capables,
Asseyez-vous tranquillement, chacun sa place, ça y est,
Écoutez-moi mais ce matin, n’ouvrez pas vos cartables.
On va pas faire de grammaire, de géométrie et de conjugaison.
On parlera pas de compléments d’objet et encore moins de Pythagore.
Ce matin pas de contrôle et personne n’aura raison.
Aujourd’hui aucune note et personne n’aura tort.

Les enfants écoutez-moi, je crois que je ne vais pas bien.
J’ai mal quand je vois le monde et les Hommes me font peur.
Les enfants expliquez-moi, moi je ne comprends plus rien.
Pourquoi tant d’injustice, de souffrance et de malheurs.
Hier soir une fois de trop j’ai allumé la télévision,
Sur les coups de 20H, c’était les informations.
Et tout à coup dans la pièce s’est produit comme une invasion,
De pleurs et de douleurs, c’était pire qu’une agression.
Hier soir l’actualité comptait beaucoup plus de morts,
Que de cheveux sur le crâne de Patrick Poivre d’Arvor.
C’est comme ça tous les jours un peu partout sur Terre.
Je crois qu’il fait pas bon vivre au Troisième millénaire.

Comme aux pires heures de l’histoire, les hommes se font la guerre,
Des soldats s’entretuent sans même savoir pourquoi.
S’ils s’étaient mieux connus, ils pourraient être frères.
Mais leurs présidents se sentaient les plus forts c’est comme ça.
Et puis il y a toutes ces religions qui prônent chacune l’amour,
Mais qui fabriquent de la haine, des assassins, des terroristes.
Pour telle ou telle croyance, des innocents meurent chaque jour,
Tout ça au nom de Dieu, on sait même pas s’il existe.

Les enfants désolé, on vous laisse l’Humain en sale état,
Il faut que vous le sachiez alors aujourd’hui j’essaie.
Les certitudes des grandes personnes provoquent parfois des dégâts.
En fait l’adulte est un grand enfant qui croit qu’il sait.
J’ai mal au ventre les enfants quand je vois l’argent mis dans les armes.
Dans les fusées, les sous-marins et dans les porte-avions.
Pendant que des peuples entiers manquent d’eau, comme nos yeux manquent de larmes.
Et voient leur fils et leur filles mourir de malnutrition.

Apparemment la nature elle-même a du mal à se nourrir,
Les hommes ont pollué l’air et même pourri la pluie.
Quand tu auras plus d’eau nulle part, faudra garder le sourire.
Et même l’odeur des forêts sera tombée dans l’oubli.
Les enfants vous savez ce que c’est des ressources naturelles,
Si vous savez pas c’est pas grave de toutes façons y’en a presque plus.
Les mots humain et gaspillage sont des synonymes éternels.
L’écologie à l’école serait pas une matière superflue.

Les enfants désolé on vous laisse la Terre en sale état,
Et bientôt sur notre planète on va se sentir à l’étroit.
Gardez vos doutes, vous seuls pourrez nous sortir de là,
L’enfant est un petit adulte qui sait qu’il croit.

Bah alors les enfants vous êtes bien sages tout à coup,
J’ai un peu cassé l’ambiance mais je voulais pas vous faire peur.
Ce que je veux vous faire comprendre c’est que je compte sur vous,
Ne suivez pas notre exemple et promettez moi un monde meilleur.

Allez les enfants c’est déjà l’heure de la récréation,
Allez courir dans la cour, défoulez-vous, profitez-en.
Criez même si vous le voulez vous avez ma permission.
Surtout couvrez-vous bien, dehors il y a du vent.