La chute de Geronimo

la chute

 

Autrefois j’allais comme le vent. Maintenant je me rends, c’est tout. 

 

  La haine issue de la souffrance l’intronisa au rang de guerrier le jour de la Saint-Jérôme. « Celui-qui-bâille » devint le légendaire Geronimo à la bataille d’Arispe. Un an plutôt à Janos, les Mexicains taillaient à l’épée le destin de l’emblématique Chiricahua, massacrant sa mère, sa femme et ses trois enfants. L’histoire allait élever cet homme au rang de résistant, de chef apache. « Je n’étais pas un chef et ne l’avais jamais été mais parce que j’étais celui qui avait le plus souffert, on me conféra cet honneur et je résolus de me montrer digne de leur confiance. » Opportuniste, le temps et les fuites de Geronimo traversèrent les générations, l’emmenant au rang d’icône de la résistance amérindiennes.

le tigre apacheLe tigre humain immortalisait par Wittick en 1887 ne fut guère apprécié de ses contemporains comme le laisse sous-entendre ses mémoires. C’ « était (…) un vieil emmerdeur. C’était un shaman. Il était trouillard comme un coyote (…) ».

   Samuel E. Kenoi et Morris Opler descendent le vieil apache de son immaculé piédestal. De son refus constant de s’installer sur la réserve de San Carlos à ses défilades au cœur du désert, failles et faiblesses sont mises en avant dans ce court ouvrage. Certes, on peut remettre en cause l’impartialité de Kenoi. « J’en sais beaucoup sur lui (Geronimo). Je sais que lui et d’autres dans son genre sont responsables de la mort de ma mère et de pas mal de membres de ma famille qui ont été trimbalés partout en tant que prisonniers de guerre. En tout cas, je sais que nous n’aurions pas tous ces problèmes s’il n’y avait pas eu des types comme lui ». Mais il s’efforce avant tout de réagir dans l’intérêt de la tribu, dans un contexte historique mouvementé et conflictuel qui perturbe tout un système ancestral dont les réserves sonnent le glas.

   Merci à Libfly et aux éditions Anacharsis pour cette lecture dans le cadre de la Voie des Indés de mars.

Publicités