La terre est ma demeure

La terre est ma demeure

 

Vous devez faire en sorte que le moment présent soit le plus beau moment de votre vie (Bouddha)

 

  Des phrases à inspirer, des mots à expirer. Le souffle, le corps, ne pas lutter, se laisser guider par la lecture, se réfugier dans l’instant présent. Le bonheur un rêve inaccessible et pourtant si simple. Réfugiés derrière notre conformisme et notre consumérisme, nous avançons avec les œillères de l’automatisme, du modernisme.

Nous avons plus d’argent et de confort matériel, mais nous ne sommes pas vraiment plus heureux, parce que nous n’avons simplement pas le temps d’apprécier la compagnie de ceux qui nous entourent

  Un pas, une inspiration, un pas, une expiration, prendre conscience du présent, s’ancrerthichnhat dans l’ici et le maintenant au lieu de penser au futur, au passé et oublier l’essentiel : vivre. « Faire en sorte que le moment présent soit le plus beau moment de votre vie » (Bouddha). C’est si facile et pourtant on ne le fait pas, en tapant ma critique je suis déjà dans le futur, envahit par mille pensées et je m’efforce d’appliquer les principes de la méditation de pleine conscience de Thich Nhat Hahn. Personnage charismatique, il relate dans ce portrait quelques faits marquants de sa vie mais avec en toile de fond un message de paix et de prise de conscience. De son enfance au Vietnam à son exil français, de ses voyages à sa sédentarisation au village des Pruniers, toujours ce même leitmotiv prendre conscience, s’enraciner dans le présent. Très vite, il sut qu’il voulait être moine, toute sa vie il ouvrera pour la paix et la compassion.

Chacun de nous est une fleur dans le jardin de l’humanité

  cloche bouddhiqueUn message simple, puissant, des instantanés de ses actions, de sa vie, sans rancœur ni regret, des rayons de bien être à inspirer, des gathas à appliquer. La terre est ma demeure nous permets de continuer l’approche de cet homme hors du commun, de sa vision du monde et de sa philosophie. Cela peut paraître utopique à certains mais dans un monde qui semble nous échapper, où le temps semble se rétrécir, savoir se poser, s’arrêter, vivre au rythme de sa respiration et savourer l’instant présent, reconnaître son existence et celles des autres ressemble à un miracle. Prendre conscience de notre présence, de notre présent ne coûte rien. Mouillons dans notre demeure le temps du bonheur.

Ne ratez pas les occasions que vous avez de vous asseoir sans vous soucier de quoi que ce soit, sans avoir à penser à quoi que ce soit. Déposez vos fardeaux, vos projets et vos préoccupations. Asseyez-vous simplement et sentez que vous êtes en vie

Merci à Netgalley et aux éditions Belfond pour ce moment de paix et de quiétude.

Publicités

La rue

La rue d'Ann Petry

 

En montant des marches comme celles-ci, on devait arriver à un enfer, un enfer perfectionné, aux détours inextricables

 

  Frotter la vie, gratter l’espoir, faire briller l’existence derrière une couche de misère indélébile. Lustrer les rêves pour cacher la ternissure quotidienne qui s’incruste sur la peau, glue les hardes. Exsuder cette négritude malsaine, sectaire, la désencrasser au savon et à l’eau, fuir l’impécuniosité, l’alcoolisme, l’hétéronomie et la rue; cette rue qui « suintait le crime ». Être noire aux États-Unis en 1944, un asservissement, être noire à Harlem en 1944, un engloutissement.

Harlem 1940

  Lutie Johnson a perdu la force de se plaindre, de se résigner. Elle fuit un mari qui l’a délaissée, un père qui se perd entre alcool et femme. Tente de s’ensauver de cette situation, de cette indéclinabilité, soupire à un avenir radieux, s’enivre de doux fatum pour elle et son fils. Mais être noire en 1944, en pleine dépression c’est se réveiller avec les miasmes de la peur sur les draps, la hantise de la puissance néfaste de la rue, la misère défigurant les murs.

Ici « parquet dans toutes les pièces » cela signifiait des planches de bois usé et décoloré, dont rien ne pourrait dissimuler les éraflures, les écorchures, les traces des fréquents déménagements, du temps, des enfants, des ivrognes et des femmes malpropres, « Chauffage central », un gargouillement dans les radiateurs très tôt le matin et un sifflement incessant le reste de la journée

  Harlem flouEn entrant dans la 116ème rue, Lutie pense offrir un peu de liberté, une éducation pour son fils Bub mais derrière les escaliers, les portes, les souffrances et les perversibilités vocifèrent insidieusement. Entre résilience et compromission, les chemins sont ténus dans les avenues de Harlem. La rue offre un asile précaire face aux fantômes de l’Histoire, aux métaphores de l’oppression. Dans l’ombre de l’étrange Mrs Hedges et du sournois concierge, Lutie essaie de tracer son destin dans l’enfer new-yorkais.

Immédiatement la jeune fille reprit un aspect de résignation, de totale acceptation. Une expression signifiant qu’elle n’espérait rien de la vie parce que tout lui était arrivé l’avait endurcie, et qu’elle avait perdu la faculté de se plaindre de quoi que ce soit, même d’une mort subite en plein printemps

  Ann Lane Petry nous livre un portrait enténébré de son Harlem. Une rue, un quartier qui grouillent de vie, de misère, de violence, de fatalité. Des êtres sans perspectives, mus par l’instinct de survie, aux veines perversement viciées, où l’avenir s’écrit au présent ancré dans les frontières de la couleur de peau. Un roman entre huis clos et folie, où chacun distille ses rancœurs de la vie et de la solitude, du racisme et de la pauvreté. La rue décrit une sombre réalité toujours présente même si Harlem s’est métamorphosé, des conditions qui persistent inlassablement. Ann Petry nous rappelle que « ceux qui refusent de regarder la réalité – appellent leur propre destruction – tout simplement » (James Baldwin, Chroniques d’un pays natal).

Un grand merci à Netgalley et aux éditions Belfond pour leur confiance.